Origine de l'autonomie

Ce n'est absolument pas une notion nouvelle, mais telle qu'on l'entend ici pour l'apprentissage des langues, cette notion a été développée et concrétisée par le Conseil de l'Europe depuis le début des années 80.

Cet organisme (différent de l'Union Européenne) mène ses activités en faveur de la diversité linguistique et de l'apprentissage des langues pour renforcer et approfondir la compréhension mutuelle entre les citoyens et pour maintenir la cohésion sociale. Donc si je peux communiquer avec des personnes de différents pays, je vais mieux comprendre leur(s) culture(s), leurs modes de pensée, leurs habitudes, je vais donc pouvoir m'insérer plus facilement dans la vie citoyenne de ces pays. Plus je connais de langues (même partiellement), plus je développe une aptitude à mieux comprendre les cultures, les gens.

Ainsi le Conseil de l'Europe propose à tous ses Etats-membres d'intensifier l'apprentissage des langues pour favoriser une plus grande mobilité, une communication internationale plus efficace qui respecte les identités, la diversité culturelle et toutes les langues.

Il met à disposition des outils permettant à beaucoup de pays d'avoir une base commune pour l'apprentissage des langues, quelle que soit la langue, que ce soit au niveau :

  • des objectifs (ce que je dois être capable de faire en langue étrangère) ; 

  • des contenus (ce que je vais apprendre) ; 

  • des méthodes (comment je vais apprendre) ; 

  • de l'évaluation (ce que je suis capable de faire avec la langue).

Ainsi il devient possible de comparer des niveaux entre langues, quel que soit le pays dans lequel j'ai appris cette langue.

Ces outils seront utilisés à GSÜ pour permettre aux étudiants de s'insérer plus facilement dans d'autres établissements d'enseignement des langues, pour s'adapter dans d'autres pays.